De l'eau potable souillée depuis deux mois pour plusieurs résidents

Olivier Robichaud olivier.robichaud@tc.tc Publié le 10 décembre 2015

Les résidents de la rue Louis-Normandin en ont assez de l'eau sale qui sort de leur robinet. Neuf d'entre eux ont envoyé une mise en demeure à la Ville de Boucherville pour que le problème soit réglé avant les Fêtes.

Selon Monique Reeves, instigatrice des procédures judiciaires dans ce dossier, la propreté de l'eau varie grandement d'un jour à l'autre et d'une heure à l'autre depuis que des travaux correctifs ont été apportés aux aqueducs de la rue, au début du mois d'octobre.

«C'est très intermittent, explique-t-elle. Pour une journée donnée, certaines maisons ont de l'eau propre alors que d'autres n'en ont pas, et l'eau propre du matin peut devenir de l'eau sale le même soir.»

Mme Reeves, comme plusieurs autres, ne boit plus l'eau du robinet.

Sa voisine Beverley Jodoin en rajoute. «Mon petit-fils a deux ans et demi. Quand il vient me visiter, j'ai peur de lui donner un bain», affirme-t-elle.

Les signataires de la mise en demeure menacent de réclamer 10 000$ chacun à la Ville si les travaux ne sont pas terminés d'ici les Fêtes.

De la rouille dans l'eau

Beverley Jodoin et un autre résident de la rue, Louis-Paul Jodoin (aucun lien de parenté), ont demandé à la Ville d'effectuer des tests sur la qualité de l'eau. Malgré des demandes répétées, les résultats de ces tests ne leur ont jamais été communiqués.

Les résidents contactés par La Seigneurie croient toutefois qu'il y a du fer dans l'eau. L'un d'entre eux a notamment perdu une brassée complète parce que l'eau a laissé des taches de rouille sur ses vêtements.

Selon le ministère de la Santé et des services sociaux, le fer dans l'eau n'est pas dangereux en soi, mais il favorise la multiplication de microorganismes.

La Seigneurie a tenté de confirmer ces suspicions auprès de la Ville de Boucherville, mais on ne nous a pas indiqué si les résultats seront publiés.

«Nous sommes conscients de ce problème qui se manifeste de façon intermittente. Des recherches sont présentement effectuées pour trouver la source de ce problème. (...) Nous poursuivons les démarches pour résoudre la situation. Malgré les désagréments occasionnés, précisons que l’eau est propre à la consommation», affirme par courriel une porte-parole de la Ville, Angie Labranche, avant d'ajouter que la Ville ne fera pas d'autres commentaires.

Des travaux trop chers

Monique Reeves et ses voisins ont eu des contacts fréquents avec la Ville depuis le début des problèmes. Selon plusieurs d'entre eux, la Ville sait que les tuyaux sont trop vieux mais n'est pas prête à débourser les sommes nécessaires pour les remplacer ou les isoler.

«Les tuyaux datent de 1957. Un employé de la Ville m'a dit qu'il faudrait soit les remplacer, soit y mettre une gaine, mais il n'y a pas d'argent pour ça», affirme Mme Reeves.

La solution: faire couler les bornes fontaines pendant plusieurs jours pour purger l'eau malpropre. La Ville aurait procédé ainsi à quelques reprises, sans régler le problème.

Il a été impossible d'obtenir auprès de la Ville de Boucherville une idée des travaux nécessaires pour réparer l'aqueduc de la rue Louis-Normandin et les coûts qui y seraient associés. L'an dernier, le gainage de l'aqueduc sous une petite portion du boul. du Fort-Saint-Louis a coûté environ 80 000$.

De l'eau potable souillée depuis deux mois pour plusieurs résidents

Olivier Robichaud olivier.robichaud@tc.tc Publié le 10 décembre 2015

Les résidents de la rue Louis-Normandin en ont assez de l'eau sale qui sort de leur robinet. Neuf d'entre eux ont envoyé une mise en demeure à la Ville de Boucherville pour que le problème soit réglé avant les Fêtes.

Selon Monique Reeves, instigatrice des procédures judiciaires dans ce dossier, la propreté de l'eau varie grandement d'un jour à l'autre et d'une heure à l'autre depuis que des travaux correctifs ont été apportés aux aqueducs de la rue, au début du mois d'octobre.

«C'est très intermittent, explique-t-elle. Pour une journée donnée, certaines maisons ont de l'eau propre alors que d'autres n'en ont pas, et l'eau propre du matin peut devenir de l'eau sale le même soir.»

Mme Reeves, comme plusieurs autres, ne boit plus l'eau du robinet.

Sa voisine Beverley Jodoin en rajoute. «Mon petit-fils a deux ans et demi. Quand il vient me visiter, j'ai peur de lui donner un bain», affirme-t-elle.

Les signataires de la mise en demeure menacent de réclamer 10 000$ chacun à la Ville si les travaux ne sont pas terminés d'ici les Fêtes.

De la rouille dans l'eau

Beverley Jodoin et un autre résident de la rue, Louis-Paul Jodoin (aucun lien de parenté), ont demandé à la Ville d'effectuer des tests sur la qualité de l'eau. Malgré des demandes répétées, les résultats de ces tests ne leur ont jamais été communiqués.

Les résidents contactés par La Seigneurie croient toutefois qu'il y a du fer dans l'eau. L'un d'entre eux a notamment perdu une brassée complète parce que l'eau a laissé des taches de rouille sur ses vêtements.

Selon le ministère de la Santé et des services sociaux, le fer dans l'eau n'est pas dangereux en soi, mais il favorise la multiplication de microorganismes.

La Seigneurie a tenté de confirmer ces suspicions auprès de la Ville de Boucherville, mais on ne nous a pas indiqué si les résultats seront publiés.

«Nous sommes conscients de ce problème qui se manifeste de façon intermittente. Des recherches sont présentement effectuées pour trouver la source de ce problème. (...) Nous poursuivons les démarches pour résoudre la situation. Malgré les désagréments occasionnés, précisons que l’eau est propre à la consommation», affirme par courriel une porte-parole de la Ville, Angie Labranche, avant d'ajouter que la Ville ne fera pas d'autres commentaires.

Des travaux trop chers

Monique Reeves et ses voisins ont eu des contacts fréquents avec la Ville depuis le début des problèmes. Selon plusieurs d'entre eux, la Ville sait que les tuyaux sont trop vieux mais n'est pas prête à débourser les sommes nécessaires pour les remplacer ou les isoler.

«Les tuyaux datent de 1957. Un employé de la Ville m'a dit qu'il faudrait soit les remplacer, soit y mettre une gaine, mais il n'y a pas d'argent pour ça», affirme Mme Reeves.

La solution: faire couler les bornes fontaines pendant plusieurs jours pour purger l'eau malpropre. La Ville aurait procédé ainsi à quelques reprises, sans régler le problème.

Il a été impossible d'obtenir auprès de la Ville de Boucherville une idée des travaux nécessaires pour réparer l'aqueduc de la rue Louis-Normandin et les coûts qui y seraient associés. L'an dernier, le gainage de l'aqueduc sous une petite portion du boul. du Fort-Saint-Louis a coûté environ 80 000$.