Le Golf de Boucherville investira 1 M$ en trois ans

Francis Dugas francis.dugas@tc.tc Publié le 26 octobre 2015

Le surintendant Sylvain Charpentier et le directeur marketing du Club de golf Boucherville, Michel Lavigueur, discutant du plan d'aménagement envisagé pour le parcours.

©Photo: TC Media – Jean Laramée

Alors que plusieurs terrains de golf de la Rive-Sud ont récemment fermé leurs portes, le Club de golf Boucherville se porte très bien et compte même investir 1 M$ lors des trois prochaines années pour améliorer ses installations.

Plus tôt cette année, le club de golf de Brossard a fermé ses portes pour laisser place à un développement domiciliaire et un projet de parc. Le golf du Vieux-Varennes a subi le même sort et ceux de La Prairie et de Candiac sont aussi dans la mire des développeurs, une tendance de plus en plus fréquente avec la pression du développement commercial et domiciliaire dans la région métropolitaine.

Un sort que le Club de golf Boucherville veut éviter. «Le club se porte bien, soutient le directeur marketing Michel Lavigueur. Malgré cette tempête-là, on s'en tire très bien et le nombre de membres est stable ces dernières années. On a eu une bonne saison. On ne peut pas faire de surplus, car on est une organisation à but non lucratif (OBNL). Tous les surplus sont réinvestis dans le terrain.»

Le club compte plus de 400 membres, dont 300 membres actionnaires. Ces derniers sont copropriétaires du golf et ont un droit de vote. Le club tire 66% de ses revenus des cotisations de ses membres, selon M. Lavigueur, et le reste provient des locations de salles pour les mariages, de tournois et de différents événements spéciaux.

Frappé par l’agrile du frêne

Les administrateurs du golf ont récemment reçu le rapport d'inventaire de tous les arbres du terrain, rapport qui a révélé la présence de plus de 200 frênes, dont plusieurs sont malades.

Selon Michel Lavigueur, le conseil d’administration devra prendre des décisions difficiles d'ici la fin de la saison pour traiter certains d'entre eux et en remplacer d'autres.

«Ça va être fait dans une vue d'ensemble. Au fond, on tourne le problème en opportunité. On s'assure qu'on ne dépérit pas et on en profite pour faire une belle refonte du terrain», explique-t-il.

Améliorations apportées

Le club a par ailleurs fait appel à la réputée firme Huxham Golf Design pour procéder au réaménagement de tout son parcours.

Au cours de la prochaine année, l'auvent et le revêtement de la terrasse du chalet seront remplacés. Aussi, l'aspect du trou #6, qui deviendra un «trou signature», sera amélioré, notamment avec l'ajout d'un mur de pierre qui longera le lac situé en face.

Durant la 2e année, les trous #9 et #18 seront complètement reconfigurés.

«Le plan d'aménagement a été présenté à nos membres le 7 octobre et l'accueil a été très favorable», souligne Michel Lavigueur.

L'appât du gain

Selon le directeur régional de la section Québec de Golf Canada, Rémi Bouchard, les propriétaires de terrains de golf de la Rive-Sud qui ferment leurs portes le font pour des raisons évidentes de profitabilité, une situation qu'il déplore mais qui ne remet pas en question la popularité du sport.

«Il y a autant de golfeurs qu'avant, mais ils jouent moins de rondes. C'est une réalité de la vie d'aujourd'hui. Le golf demeure le sport #1 au point de vue participation au Québec et au Canada, loin devant le hockey et le soccer.»

M. Bouchard rappelle que le golf contribue beaucoup à l'économie des communautés, notamment grâce aux emplois qui en découlent et aux tournois organisés au profit d'œuvres caritatives.

«On fait du lobbying auprès du gouvernement pour reconnaître cet apport économique et assurer que le golf soit traité équitablement par rapport aux autres sports, par exemple sur le plan des dépenses admissibles à des déductions d'impôts.»

On investit dans notre golf pour l'améliorer, dans le but de pouvoir continuer. On travaille fort!

Michel Lavigueur

Le Golf de Boucherville investira 1 M$ en trois ans

Francis Dugas francis.dugas@tc.tc Publié le 26 octobre 2015

Le surintendant Sylvain Charpentier et le directeur marketing du Club de golf Boucherville, Michel Lavigueur, discutant du plan d'aménagement envisagé pour le parcours.

©Photo: TC Media – Jean Laramée


Alors que plusieurs terrains de golf de la Rive-Sud ont récemment fermé leurs portes, le Club de golf Boucherville se porte très bien et compte même investir 1 M$ lors des trois prochaines années pour améliorer ses installations.

Plus tôt cette année, le club de golf de Brossard a fermé ses portes pour laisser place à un développement domiciliaire et un projet de parc. Le golf du Vieux-Varennes a subi le même sort et ceux de La Prairie et de Candiac sont aussi dans la mire des développeurs, une tendance de plus en plus fréquente avec la pression du développement commercial et domiciliaire dans la région métropolitaine.

Un sort que le Club de golf Boucherville veut éviter. «Le club se porte bien, soutient le directeur marketing Michel Lavigueur. Malgré cette tempête-là, on s'en tire très bien et le nombre de membres est stable ces dernières années. On a eu une bonne saison. On ne peut pas faire de surplus, car on est une organisation à but non lucratif (OBNL). Tous les surplus sont réinvestis dans le terrain.»

Le club compte plus de 400 membres, dont 300 membres actionnaires. Ces derniers sont copropriétaires du golf et ont un droit de vote. Le club tire 66% de ses revenus des cotisations de ses membres, selon M. Lavigueur, et le reste provient des locations de salles pour les mariages, de tournois et de différents événements spéciaux.

Frappé par l’agrile du frêne

Les administrateurs du golf ont récemment reçu le rapport d'inventaire de tous les arbres du terrain, rapport qui a révélé la présence de plus de 200 frênes, dont plusieurs sont malades.

Selon Michel Lavigueur, le conseil d’administration devra prendre des décisions difficiles d'ici la fin de la saison pour traiter certains d'entre eux et en remplacer d'autres.

«Ça va être fait dans une vue d'ensemble. Au fond, on tourne le problème en opportunité. On s'assure qu'on ne dépérit pas et on en profite pour faire une belle refonte du terrain», explique-t-il.

Améliorations apportées

Le club a par ailleurs fait appel à la réputée firme Huxham Golf Design pour procéder au réaménagement de tout son parcours.

Au cours de la prochaine année, l'auvent et le revêtement de la terrasse du chalet seront remplacés. Aussi, l'aspect du trou #6, qui deviendra un «trou signature», sera amélioré, notamment avec l'ajout d'un mur de pierre qui longera le lac situé en face.

Durant la 2e année, les trous #9 et #18 seront complètement reconfigurés.

«Le plan d'aménagement a été présenté à nos membres le 7 octobre et l'accueil a été très favorable», souligne Michel Lavigueur.

L'appât du gain

Selon le directeur régional de la section Québec de Golf Canada, Rémi Bouchard, les propriétaires de terrains de golf de la Rive-Sud qui ferment leurs portes le font pour des raisons évidentes de profitabilité, une situation qu'il déplore mais qui ne remet pas en question la popularité du sport.

«Il y a autant de golfeurs qu'avant, mais ils jouent moins de rondes. C'est une réalité de la vie d'aujourd'hui. Le golf demeure le sport #1 au point de vue participation au Québec et au Canada, loin devant le hockey et le soccer.»

M. Bouchard rappelle que le golf contribue beaucoup à l'économie des communautés, notamment grâce aux emplois qui en découlent et aux tournois organisés au profit d'œuvres caritatives.

«On fait du lobbying auprès du gouvernement pour reconnaître cet apport économique et assurer que le golf soit traité équitablement par rapport aux autres sports, par exemple sur le plan des dépenses admissibles à des déductions d'impôts.»

On investit dans notre golf pour l'améliorer, dans le but de pouvoir continuer. On travaille fort!

Michel Lavigueur