Mise en garde contre la surconsommation d’alcool

Publié le 20 décembre 2015

Un homme de 24 ans de Lévis a été intercepté avec près du double de la limite permise d’alcool dans le sang dans le secteur de Saint-Nicolas.

©Gracieuseté

Ce n’est pas la modération qui gâche une soirée; c’est plutôt la surconsommation qui a cet effet.

C’est là le message que le directeur général d’Éduc’alcool, Hubert Sacy, s’efforce de livrer sur un maximum de tribunes à l’approche de Noël et du jour de l’An.

Pour convaincre les Québécois de porter attention à ce qu’il avance, M. Sacy tient des propos nuancés.

D’abord, il explique que «l’alcool a toujours été présent aux Fêtes, que c’est normal et que c’est bien que ce soit comme ça».

Une fois ces précisions faites, il ajoute que «ce n’est pas une raison pour sombrer dans l’excès parce que l’abus a des conséquences qui ne sont pas négligeables».

«Quand on boit trop, on perd une partie de son jugement», résume-t-il.

Hubert Sacy souligne que l’exagération peut mener, par exemple, à des cas de conduite avec les facultés affaiblies, à des épisodes de violence, à des dérapages verbauxou encore à des relations sexuelles non protégées.

Pour éviter que de tels glissements ne se multiplient, il faut faire son bout de chemin lorsque l’on est l’organisateur d’une soirée et se départir d’une vieille habitude solidement ancrée dans la province.

«Au Québec, on a tendance à vouloir remplir les verres d’alcool avant même qu’ils ne soient vides», déplore M. Sacy.

Selon lui,un hôte qui adopte ce comportement fait en sorte que ses invités ne sont rapidement plus en mesure d’avoir une idée juste de leur consommation d’alcool.

La Presse Canadienne

En manchette

La Rive-Sud perd son titre de championne par 70 points

RÉSULTATS. La Rive-Sud n'est plus la région championne de l'athlétisme aux Jeux du Québec. Elle a perdu son titre par à peine 70,5 points sur plus de 8000 en jeu, aux mains de la puissante machine du Lac St-Louis que la Rive Sud avait détrônée aux Jeux de 2014 après 9 titres consécutifs.

Mise en garde contre la surconsommation d’alcool

Publié le 20 décembre 2015

Un homme de 24 ans de Lévis a été intercepté avec près du double de la limite permise d’alcool dans le sang dans le secteur de Saint-Nicolas.

©Gracieuseté


Ce n’est pas la modération qui gâche une soirée; c’est plutôt la surconsommation qui a cet effet.

C’est là le message que le directeur général d’Éduc’alcool, Hubert Sacy, s’efforce de livrer sur un maximum de tribunes à l’approche de Noël et du jour de l’An.

Pour convaincre les Québécois de porter attention à ce qu’il avance, M. Sacy tient des propos nuancés.

D’abord, il explique que «l’alcool a toujours été présent aux Fêtes, que c’est normal et que c’est bien que ce soit comme ça».

Une fois ces précisions faites, il ajoute que «ce n’est pas une raison pour sombrer dans l’excès parce que l’abus a des conséquences qui ne sont pas négligeables».

«Quand on boit trop, on perd une partie de son jugement», résume-t-il.

Hubert Sacy souligne que l’exagération peut mener, par exemple, à des cas de conduite avec les facultés affaiblies, à des épisodes de violence, à des dérapages verbauxou encore à des relations sexuelles non protégées.

Pour éviter que de tels glissements ne se multiplient, il faut faire son bout de chemin lorsque l’on est l’organisateur d’une soirée et se départir d’une vieille habitude solidement ancrée dans la province.

«Au Québec, on a tendance à vouloir remplir les verres d’alcool avant même qu’ils ne soient vides», déplore M. Sacy.

Selon lui,un hôte qui adopte ce comportement fait en sorte que ses invités ne sont rapidement plus en mesure d’avoir une idée juste de leur consommation d’alcool.

La Presse Canadienne